La pollution de l’air est un problème majeur à l’échelle mondiale. Les émissions de gaz à effet de serre provenant des véhicules, des usines et des activités humaines contribuent à l’augmentation de la concentration de polluants dans l’atmosphère. Cela a des conséquences néfastes sur la santé des populations, avec une augmentation des maladies respiratoires et cardiovasculaires. De plus, la pollution de l’air contribue également au réchauffement climatique, avec des conséquences désastreuses sur l’environnement.



Les principales sources de pollution de l’air sont les véhicules automobiles, les industries et les centrales électriques. Ces activités émettent des polluants tels que les particules fines, les oxydes d’azote et le dioxyde de soufre. Ces substances peuvent provoquer des maladies respiratoires, des allergies et des problèmes cardiovasculaires chez les personnes exposées. De plus, la pollution de l’air a un impact sur la biodiversité et les écosystèmes, en affectant la qualité de l’air et de l’eau.



Face à ce problème, il est urgent d’agir pour réduire la pollution de l’air. Des mesures doivent être prises au niveau local, national et international pour limiter les émissions de polluants et protéger la santé des populations. Il est également important de sensibiliser le public aux enjeux de la pollution de l’air et de promouvoir des modes de vie plus durables et respectueux de l’environnement. En agissant ensemble, nous pouvons contribuer à préserver la qualité de l’air et à protéger notre planète pour les générations futures.

Onepoint, premier actionnaire d
⌛ Temps de lecture : 2 minutes
Notez cet article

Sommaire

OnePoint, le premier actionnaire d’Atos

Après avoir rompu les discussions avec Daniel Kretinsky et Airbus, Atos se retrouve dans une situation délicate et en quête de solutions. David Layani, premier actionnaire de l’entreprise avec 11,4 % des parts, exprime sa préoccupation face aux conséquences de cette séparation prolongée. Selon lui, cela a entraîné des coûts importants, une désorganisation totale et la création de nombreuses incohérences au sein de l’entreprise.

PDG de OnePoint, une société spécialisée dans la transformation numérique, David Layani s’oppose au démantèlement et à la vente d’Atos, prônant plutôt un plan de refinancement. Il met en garde contre les conséquences désastreuses d’une approche qui ne préserverait pas l’ensemble des actifs de l’entreprise, notamment la branche Big Data & Security (BDS), qualifiée de “pépite” par Layani.

La défense de la souveraineté d’Atos

Les discussions avec Airbus portaient uniquement sur la vente des activités de cybersécurité de la branche BDS d’Atos. Cette situation a mis en lumière la question de la souveraineté et de la protection des activités stratégiques, telles que les supercalculateurs essentiels au programme de dissuasion nucléaire français. David Layani insiste sur le fait que la souveraineté ne peut être morcelée et concerne divers secteurs clés tels que le nucléaire, l’énergie et les données sensibles.

Layani propose de conserver Atos dans sa forme actuelle et de prendre le contrôle du groupe, mettant en avant l’expertise de sa société OnePoint. Il estime que cette approche permettrait de garantir la souveraineté et de préserver les intérêts stratégiques de l’entreprise.

Atos face à un tournant décisif

Dans un contexte où Atos doit faire face à des défis majeurs, notamment le remboursement de dettes importantes d’ici 2025, David Layani propose une solution de recapitalisation avec la participation des actionnaires et des créanciers. Il souligne la volonté d’Onepoint, en tant que premier actionnaire, de contribuer à cette démarche et de redresser la situation financière d’Atos.

À ce stade, Atos n’a pas encore réagi aux propositions de Layani. La société a pris note de ses déclarations, mais souligne que le plan de OnePoint n’a pas encore été présenté au Conseil d’administration. L’avenir d’Atos reste donc incertain, alors que l’entreprise est à la recherche de solutions pour assurer sa pérennité et sa souveraineté dans un environnement concurrentiel et en mutation.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *