Incroyable ! La Chine démasque les expéditeurs AirDrop en quelques clics seulement !

⌛ Temps de lecture : < 1 minute
Notez cet article

Sommaire

Une technique chinoise pour pirater AirDrop

Les autorités chinoises ont récemment dévoilé leur réussite dans le développement d’une technique permettant de pirater AirDrop. Cette fonctionnalité d’Apple est très appréciée par les utilisateurs, car elle leur permet d’échanger des fichiers de manière anonyme via Wi-Fi ou Bluetooth. Cependant, cette popularité n’est pas du goût du régime chinois, qui voit en cette technologie un moyen potentiel pour les dissidents de communiquer entre eux et avec le reste du monde.

Une fonctionnalité prisée par les dissidents

En effet, AirDrop a été largement utilisé par les dissidents chinois lors des manifestations à Hong Kong en 2019. Cette fonctionnalité leur permettait d’échanger des informations sensibles de manière sécurisée, sans craindre la surveillance du gouvernement. Ainsi, les manifestants pouvaient organiser leurs actions et communiquer avec d’autres groupes de protestataires, tout en restant anonymes.

Une préoccupation pour les autorités chinoises

Cette utilisation d’AirDrop par les dissidents a été perçue comme une menace par les autorités chinoises, qui cherchent constamment à contrôler et à limiter la communication des citoyens. De ce fait, le développement d’une technique de piratage d’AirDrop par les autorités chinoises n’est pas surprenant. Il s’agit d’une nouvelle tentative de renforcer leur emprise sur les moyens de communication des citoyens et de contrôler les informations qui circulent.

Les implications pour la liberté d’expression

Cette nouvelle technique de piratage d’AirDrop soulève des préoccupations quant à la liberté d’expression en Chine. En effet, les dissidents utilisent ces outils de communication pour exprimer leurs opinions et dénoncer les abus du régime. En piratant AirDrop, les autorités chinoises cherchent à étouffer ces voix dissidentes et à maintenir leur contrôle sur l’information. Cela représente un pas de plus vers une restriction de la liberté d’expression et une violation des droits fondamentaux des citoyens chinois.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *