Les USA lancent une offensive contre les fournisseurs de Huawei

Une tour du siège de Huawei à Shenzhen
⌛ Temps de lecture : 2 minutes
Notez cet article

La liste noire de l’Entity List du département du Commerce des États-Unis pourrait bientôt s’agrandir avec l’ajout d’entreprises chinoises. Ces sociétés ont été signalées il y a moins d’un an pour leur implication présumée dans un réseau secret fournissant le géant chinois Huawei.

Sommaire

Une cible récurrente : Huawei

La question de la présence de Huawei sur l’Entity List depuis 2019 reste d’actualité à Washington. En effet, le géant chinois a réussi à commercialiser un smartphone avec une puce avancée à la rentrée 2023, malgré les demandes des élus républicains de suspendre toutes les licences de l’entreprise. Ces licences sont cruciales pour les sociétés américaines souhaitant vendre des produits à des partenaires étrangers figurant sur la liste.

Des informations de Bloomberg suggèrent que de nouvelles entreprises chinoises pourraient être ajoutées à cette liste noire. Parmi elles, on retrouve Qingdao Si’En, SwaySure, Shenzhen Pensun Technology Co, CXMT, SiCarrier, Shenzhen Pengjin High-Tech co, et ChangXin Memory Technologies…

Certains noms étaient déjà connus grâce à la Semiconductor Industry Association (SIA), qui avait dénoncé un réseau secret de fabrication utilisé pour contourner les restrictions commerciales imposées à Huawei pendant l’été 2023.

Un outil de pression américain

L’Entity List est devenu un outil de pression économique couramment utilisé par les administrations américaines récentes. Sous Donald Trump, il a été utilisé 305 fois contre des entreprises chinoises, tandis que sous l’administration Biden, ce chiffre est monté à 316. Cela représente une utilisation deux fois plus fréquente que durant les deux décennies précédentes.

Cet outil, bien que symboliquement puissant, dépend en partie de la gestion du Bureau de l’industrie et de la sécurité du Département du Commerce. Comme l’affaire Huawei l’a montré, certaines failles peuvent permettre à des entreprises de contourner les restrictions imposées par l’Entity List, en utilisant légalement des technologies occidentales pour leurs produits.

En plus d’être une arme économique, l’Entity List joue également un rôle diplomatique dans les relations entre les États-Unis et la Chine. Alors que des tentatives d’apaisement sont en cours, de nouvelles inscriptions sur la liste pourraient compliquer davantage les relations bilatérales. Par ailleurs, les États-Unis envisageraient d’imposer des droits de douane sur les puces venant de Chine, incitant même les Européens à suivre cette voie lors de négociations commerciales.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *