Meta lance une offensive contre la désinformation pour les élections européennes

Le logo de l
⌛ Temps de lecture : < 1 minute
Notez cet article

Meta a présenté son plan pour lutter contre la propagation de fausses informations liées aux élections européennes, en mettant l’accent sur l’intelligence artificielle (IA) qui suscite des préoccupations parmi les experts.

Sommaire

Mise en place d’un centre opérationnel pour les élections

Les Européens se rendront aux urnes du 6 au 9 juin pour élire leurs députés au Parlement. Meta intensifie ses efforts pour lutter contre la désinformation dans la région en prévision de cet événement. Un centre opérationnel pour les élections sera activé pour identifier les menaces potentielles et mettre en place des mesures d’atténuation en temps réel, selon Marco Pancini, responsable des affaires européennes de Meta.

La société collabore actuellement avec 26 organisations indépendantes de vérification des faits dans toute l’UE et ajoutera trois nouveaux partenaires en Bulgarie, en France et en Slovaquie. Avant la période électorale, Meta facilitera le travail de ses collaborateurs pour trouver et évaluer le contenu lié aux élections dans l’UE.

Les défis de l’IA générative dans la lutte contre la désinformation

Des experts de l’industrie technologique ont récemment alerté sur la montée en puissance des deepfakes, facilitée par l’IA générative, dans une année électorale chargée. Meta affirme prendre des mesures pour prévenir les abus de cette technologie, notamment en identifiant les images générées par son modèle.

La société a mis en place de nouveaux outils pour apposer un filigrane sur toutes les images créées par l’IA et partagées sur ses plateformes. Elle prévoit également une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de signaler les vidéos ou fichiers audio générés par l’IA, avec des sanctions en cas de non-respect. Meta, comme d’autres géants des réseaux sociaux, est soumise au Digital Services Act (DSA) qui impose des mesures strictes de lutte contre la désinformation, sous peine d’amendes allant jusqu’à 6 % du chiffre d’affaires.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *