Microsoft séduit les régulateurs avec une opération charme

Le président de Microsoft, Brad Smith, lors d
⌛ Temps de lecture : 2 minutes
Notez cet article

Le président de Microsoft, Brad Smith, lors d'une convention.

Sommaire

Les principes de Microsoft pour l’innovation en IA

Au Mobile World Congress (MWC) à Barcelone, Microsoft a dévoilé ses principes visant à soutenir l’innovation et la compétitivité dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA). Cette annonce intervient alors que la société est sous le feu des régulateurs en raison de ses liens étroits avec OpenAI.

Une collaboration avec OpenAI scrutée de près

Microsoft a investi environ 13 milliards de dollars dans l’éditeur de ChatGPT, lui permettant ainsi d’utiliser ses modèles. En retour, OpenAI bénéficie de la puissance de calcul de Microsoft, créant une relation mutuellement bénéfique qui a propulsé l’entreprise au sommet, dépassant même la capitalisation boursière d’Apple.

Cette collaboration entre Microsoft et OpenAI n’est pas passée inaperçue aux yeux des régulateurs, avec des enquêtes en cours de l’Union européenne, du Royaume-Uni et des États-Unis sur les liens entre les deux sociétés.

Face à cette situation, le président de Microsoft, Brad Smith, a exposé les principes de l’entreprise en matière d’IA. Il a déclaré: « Alors que nous entrons dans une nouvelle ère, nous pensons que c’est le meilleur moment pour énoncer les principes qui régiront la manière dont nous exploiterons notre infrastructure de centres de données d’IA et d’autres actifs d’IA importants dans le monde entier ».

Microsoft apprend de son passé

Microsoft ne met plus OpenAI en priorité et s’engage à offrir aux développeurs un accès à tous les modèles d’IA pour les utiliser sur Microsoft Azure. Aucune distinction ne sera faite entre les modèles fermés et ouverts, et les développeurs auront plus de liberté pour distribuer et vendre leurs modèles, outils et applications sur la plateforme cloud.

Brad Smith a souligné: « En publiant ces principes, nous nous engageons à fournir un large accès à la technologie nécessaire pour permettre aux organisations et aux individus du monde entier de développer et d’utiliser l’IA de manière à servir le bien public ». Pour montrer sa bonne volonté, Microsoft a annoncé un partenariat avec la start-up française Mistral AI et va proposer son LLM sur Azure.

Avec ces mesures, Microsoft cherche à apaiser les craintes des régulateurs avant même qu’ils ne rendent leurs conclusions. La société a déjà fait face à des problèmes d’antitrust par le passé, en 1998, lorsqu’elle a été accusée de tenter de créer un monopole qui a entraîné la chute de son concurrent Netscape. Condamnée, Microsoft a vu sa part de marché diminuer. Cette fois, elle cherche à éviter de répéter ces erreurs.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *