Scandale : Les USA excluent SMIC, géant chinois des puces, de ses partenaires américains

⌛ Temps de lecture : 2 minutes
Notez cet article

Usine SMIC

Usine SMIC

Sommaire

Les enjeux autour des semi-conducteurs

La récente sortie du Mate 60 Pro de Huawei en septembre a provoqué des remous à Washington. Cette situation a mis en lumière le fait que les sanctions américaines contre l’export vers la Chine de semi-conducteurs ne sont pas suffisantes. Ainsi, l’administration Biden a décidé de renforcer les restrictions sur le fournisseur de puces avancées de Huawei, la Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC).

Des pressions politiques

A la suite de la sortie du téléphone, un membre influent du parti républicain, Mike Gallagher, a appelé à mettre fin à toutes les exportations de technologies américaines vers Huawei et la SMIC. Il semble que cette demande ait été prise en compte, du moins en partie, par le gouvernement démocrate. Le département du Commerce a ainsi envoyé des lettres à de nombreux fournisseurs de l’unité avancée SMIC South pour les inciter à cesser leurs ventes l’année précédente, entraînant l’annulation de contrats pour des millions de dollars.

Une entreprise nommée Entegris, spécialisée dans les filtres, gaz, produits chimiques et autres outils destinés à la manipulation des Wafer, aurait également été touchée. Ces plaquettes sur lesquelles sont gravées les puces nécessitent une pureté extrême. Entegris affirme avoir respecté les exigences imposées par Washington. SMIC est inscrite sur l’Entity List du département du Commerce depuis 2020 en raison de ses supposés liens avec l’armée chinoise. Cette liste noire impose l’obtention d’une licence pour toute relation commerciale avec des sociétés américaines.

SMIC persiste malgré les obstacles

La question des licences accordées aux entreprises chinoises, en particulier à Huawei et SMIC, fait débat depuis cette décision. En 2021, un élu républicain, Michael McCaul, révélait que 188 licences avaient été délivrées à des entreprises américaines, pour une valeur estimée à 42 milliards de dollars. Malgré les différentes mesures prises par l’administration Biden depuis octobre 2022, la capacité de SMIC à fournir des puces avancées à Huawei semble inquiéter Washington.

Face à ces actions, l’ambassade de Chine à Washington a qualifié la décision d’intimidation économique. Le porte-parole de l’ambassade a réaffirmé la position officielle de Pékin sur les sanctions américaines dans le domaine des semi-conducteurs, appelant les Etats-Unis à cesser d’étendre abusivement le concept de sécurité nationale pour réprimer les entreprises chinoises.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *