Visite d’État en Chine : ASML au coeur des discussions avec le Premier ministre néerlandais

Le Premier ministre Rutte et le Président Xi Jinping avec les drapeaux des Pays-Bas et de la Chine en arrière-plan.
⌛ Temps de lecture : 2 minutes
Notez cet article

Sommaire

Les échanges entre Mark Rutte et Xi Jinping

Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas, a partagé sur X, anciennement Twitter, les résultats de sa rencontre avec le président chinois Xi Jinping le 27 mars. Les discussions ont porté sur des sujets tels que la géopolitique, les droits de l’homme, les relations commerciales et bien sûr, les semi-conducteurs, un secteur dans lequel les deux pays jouent un rôle majeur.

Les enjeux du sommet Chine – Pays-Bas face aux États-Unis

Xi Jinping a souligné qu’imposer des barrières technologiques et perturber les chaînes d’approvisionnement ne ferait qu’accroître les tensions et les divisions. Cette déclaration fait écho aux enjeux autour des semi-conducteurs, un domaine où les Pays-Bas, à travers l’entreprise ASML, occupent une position clé. Cette position les place au cœur des tensions entre Pékin et Washington.

Les États-Unis exercent des pressions sur les Pays-Bas pour empêcher la Chine d’accéder à des puces avancées. ASML détient le monopole mondial des machines de lithographie EUV, les plus avancées du marché. Les exportations vers la Chine sont strictement contrôlées depuis 2019, mais les États-Unis souhaitent aller plus loin en interdisant même l’entretien et la réparation des machines déjà en Chine.

Avant la visite officielle, le Premier ministre chinois Li Qiang cherchait des garanties quant à de potentielles nouvelles restrictions du côté néerlandais. Cette démarche diplomatique soulève des questions et des hésitations, notamment en raison de l’importance du marché chinois pour ASML. Les Pays-Bas doivent jongler entre les pressions américaines et les intérêts de leur entreprise phare.

Les implications pour ASML

Les déclarations de Xi Jinping laissent entendre que la Chine revendique son droit au développement technologique et scientifique, demandant un environnement commercial équitable pour ses entreprises. Les demandes américaines de restrictions sur les exportations de machines vers la Chine ont suscité des réticences, tout comme les dernières pressions.

ASML, tout en respectant les décisions politiques, plaide pour éviter une rupture dans la chaîne de valeur des semi-conducteurs. Une séparation risquerait d’avoir des répercussions négatives pour toutes les parties impliquées. Les tensions entre les géants économiques mettent en péril la stabilité du marché mondial des semi-conducteurs, une situation que Mark Rutte et Xi Jinping ont reconnue lors de leur rencontre.

Source : CNEWS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *