dimanche, novembre 28, 2021

IA : Cette entreprise simule l’avenir de la Terre pour prédire notre avenir.

NVIDIA a révélé cette semaine son intention de construire le supercalculateur d'IA le plus puissant du monde, dédié à la prévision du changement climatique. Baptisé Earth-2, ou E-2, le système créerait un jumeau numérique de la Terre dans Omniverse.

La Terre se réchauffe. Les sept dernières années sont en voie d’être les sept plus chaudes jamais enregistrées. Les émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines sont responsables d’environ 1,1°C de réchauffement moyen depuis la période 1850-1900.

Ce que nous vivons est très différent de la moyenne mondiale. Nous connaissons des conditions météorologiques extrêmes : sécheresses historiques, vagues de chaleur sans précédent, ouragans intenses, tempêtes violentes et inondations catastrophiques. Les catastrophes climatiques sont la nouvelle norme.

Nous devons faire face au changement climatique dès maintenant. Pourtant, nous ne ressentirons pas l’impact de nos efforts avant des décennies. Il est difficile de mobiliser l’action pour quelque chose d’aussi éloigné dans le futur. Mais nous devons connaître notre avenir aujourd’hui – le voir et le ressentir – afin d’agir de toute urgence.

Pour faire de notre avenir une réalité aujourd’hui, la simulation est la solution.

Pour élaborer les meilleures stratégies d’atténuation et d’adaptation, nous avons besoin de modèles climatiques capables de prévoir le climat de différentes régions du globe sur plusieurs décennies.

Contrairement à la prévision du temps, qui modélise principalement la physique de l’atmosphère, les modèles climatiques sont des simulations sur plusieurs décennies qui modélisent la physique, la chimie et la biologie de l’atmosphère, des eaux, de la glace, des terres et des activités humaines.

Les simulations climatiques sont configurées aujourd’hui à des résolutions de 10 à 100 kilomètres.

Mais une plus grande résolution est nécessaire pour modéliser les changements dans le cycle global de l’eau – le mouvement de l’eau depuis l’océan, la glace de mer, la surface terrestre et les eaux souterraines à travers l’atmosphère et les nuages. Les changements dans ce système entraînent une intensification des tempêtes et des sécheresses.

Une résolution à l’échelle du mètre est nécessaire pour simuler les nuages qui réfléchissent la lumière du soleil vers l’espace. Les scientifiques estiment que ces résolutions exigeront une puissance de calcul de millions à milliards de fois supérieure à celle dont on dispose actuellement. Il faudrait des décennies pour y parvenir en suivant le cours normal des progrès informatiques, qui sont multipliés par 10 tous les cinq ans.

Pour la première fois, nous disposons de la technologie nécessaire pour effectuer une modélisation climatique à ultra-haute résolution, pour passer à la vitesse de la lumière et prévoir les changements dans les conditions météorologiques régionales extrêmes des décennies plus tard.

Nous pouvons atteindre des vitesses de l’ordre du million en combinant trois technologies : le calcul accéléré par le GPU, l’apprentissage profond et les percées dans les réseaux neuronaux basés sur la physique, et les superordinateurs d’IA, ainsi que de grandes quantités de données d’observation et de modèles pour apprendre.

Et avec les techniques de super-résolution, nous pourrions avoir à portée de main le saut d’un milliard de fois nécessaire à la modélisation climatique à ultra-haute résolution. Les pays, les villes et les villages peuvent recevoir des alertes précoces pour s’adapter et rendre les infrastructures plus résilientes. Et avec des prévisions plus précises, les gens et les nations agiront avec plus d’urgence.

Nous allons donc nous consacrer et consacrer nos ressources importantes pour diriger l’échelle et l’expertise de NVIDIA dans les sciences informatiques, pour rejoindre la communauté scientifique climatique mondiale.

Ce système serait le pendant, en matière de changement climatique, de Cambridge-1, le superordinateur d’IA le plus puissant du monde pour la recherche dans le domaine de la santé. Nous avons dévoilé Cambridge-1 au début de l’année au Royaume-Uni et il est utilisé par un certain nombre de grandes entreprises du secteur de la santé.

Toutes les technologies que nous avons inventées jusqu’à présent sont nécessaires pour rendre Terre-2 possible. Je ne peux pas imaginer une utilisation plus grande ou plus importante.

SourceNVIDIA
Dernières actualités
Autres actualités

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici